Bienvenue à la Compagnie régionale des Commissaires aux comptes de Paris

Vite Lu n°22 La fraude : retour sur le colloque

« Fraudes en entreprises Attaques et ripostes »

Avec plus de 600 inscrits, le Colloque sur la Fraude en entreprise,  organisé dans les salons de l’Hôtel  Intercontinental - Paris par la Compagnie des Commissaires aux comptes de Paris et le Conseil Régional de l’Ordre des Experts-comptables de Paris Île-de-France a fait salle comble le 6 Juillet dernier.  Retour sur le contenu de cette manifestation.

En ouverture de séance, Jean-Luc FLABEAU et Stéphane COHEN ont tout d’abord affirmé la mobilisation de la profession comptable francilienne pour être aux côtés des pouvoirs publics comme des entreprises dans la lutte contre la fraude,  qui a concerné plus de  55%(1) des entreprises sur les 24 derniers mois.

Jean-Yves Latournerie, Préfet et Conseiller du Gouvernement dans la lutte contre les cyber menaces en a dressé un panorama édifiant en France et dans le monde. La cyber criminalité, est une priorité du Gouvernement car elle connait une croissance exponentielle, et le terrorisme a déjà intégré la composante cyber. Les entreprises doivent ainsi revoir le circuit et le management de leurs informations en assurant une meilleure protection, les failles étant aussi comportementales.

La première table ronde, consacrée à l’état des lieux des fraudes en entreprise, révélait que la cyber criminalité est la seconde cause de fraude en France. Les détournements d’actifs (vols, abus de confiance, abus de biens sociaux, fraude aux achats) représentent 85% des fraudes avec un coût médian de 135000$ ; et la fraude dans le monde représenterait 5% du chiffre d’affaires mondial.

La fraude aux virements bancaires explose, sous plusieurs formes. Entre 2010 et 2014, les entreprises françaises ont perdu plus de 350 millions d’euros sur des fraudes au virement bancaire. De nombreux autres cas et types de fraude, tant interne qu’externe, ont été évoqués.

La seconde table ronde a souligné l’apport de la profession comptable pour aider à prévenir les vulnérabilités de l’entreprise en la matière. Que ce soit l’Expert-comptable sur les états financiers, ou le Commissaire aux comptes dans le cadre de sa mission légale de certification (NEP 240 et 315). Une approche sous forme de scénarios peut notamment permettre de tester la solidité des procédures de contrôle interne. Il convient de souligner que l’Expert-comptable et le Commissaire aux comptes ne peuvent être relevés de leur obligation de secret professionnel, interdisant tout dialogue entre eux.

François Molins, Procureur de la République de Paris, est également intervenu pour souligner la priorité que représente la lutte contre la fraude dans la politique pénale du gouvernement et du Parquet de Paris.

Une dernière partie a été consacrée à l’évocation d’un fléau lié à la fraude, à savoir l’exercice illégal de la profession d’expert-comptable. Cet exercice illégal, contre lequel la profession se mobilise, fait des victimes, notamment les entreprises qui ne voient pas de différence entre un expert-comptable et un expert en comptabilité ou en gestion. Certains entrepreneurs faisant appel de bonne foi à ces officines, prennent le risque de se retrouver avec de fausses fiches de paie, de fausses déclarations fiscales et sociales, des bilans erronés et in fine un redressement.

Pour en savoir plus, une synthèse des actes du colloque est jointe à cette édition du Vite Lu, que vous trouverez également sur le site de la CRCC de Paris.

 

(1) Etude PWC sur la fraude publiée en 2014.